Mon Plus Cher

Sri Srimad Bhaktivedanta Vana Gosvami Maharaja

Comment entrer dans la vie Spirituelle?



Pour progresser dans la vie spirituelle il faut prendre refuge d’un maître spirituel authentique. Les écritures védiques affirment, que sans aspiration à la spiritualité la vie humaine est absolument inutile, car le besoin humain de manger, de dormir, de se défendre et de s’accoupler est également propre à tout animal. Les écritures védiques disent que dans cette époque du Kali-yuga, il y aura un moment à partir duquel personne ne parviendra à vivre plus de cent ans. Chaque jour, un homme passe environ 12 heures de son temps dans le sommeil, c’est-à-dire il dort plus de la moitié de sa vie. Plus de dix ans, c’est l’enfance qu’il passe en jouant avec ses copains. Lorsqu’ il est très petit, il ne discerne pas quelle activité est pieuse et quelle activité est coupable. Ainsi soixante ans de la vie humaine passent dans l’inconscience.

Si un homme veut obtenir une profession quelconque, il doit étudier à peu près vingt-cinq ans: d’abord il termine l’école, ensuite le collège…etc. Il faut apprendre plusieurs sciences. Et durant les quinze ans qu’il lui restent, il essaye de construire une vie de famille: élever des enfants, gagner de l’argent, accumuler les biens…etc. Ainsi passent les cent ans qui lui sont donnés.

Est-ce que cet homme consacre au moins une seconde à sa vie spirituelle? Non. Les matérialistes passent leur vie à satisfaire leurs propres désirs. En plus l’homme est souvent malade, c’est pourquoi il manque de temps pour effectuer des recherches spirituelles et se poser la question: «Pourquoi suis-je venu dans ce monde matériel et où vais-je aller après ma mort?». Sankaracharya a écrit un magnifique chant : « Bhaja govinda ».

balasta vatkri dasaktah
tarunasta avattaruni saktah
vriddhastava deha saktah
 pare brahmani koapi na saktah (verset 7)

«Dans l’enfance l’homme est entraîné par les jeux avec ses amis, à l’aurore de la vie il aspire à retrouver le plus vite possible la vie familiale, et vers sa vieillesse il s’attache complètement à son corps matériel».

Dans la vieillesse, l’esprit de l’homme est absorbé par les soins de son corps. Telle est la nature du monde matériel: susciter de nombreuses souffrances au corps physique grossier. Dans la vieillesse, les perceptions sensorielles s’affaiblissent: la vue devient trouble, l’ouïe s’affaiblit, les mains tremblent, et les dents tombent l’une après l’autre. Le corps va vieillir, mais l’esprit, non. L’esprit va continuer à réfléchir au moyen de se procurer toujours plus de plaisir, mais les sens ne vont plus le permettre.

bhaja govindam bhaja govindam

bhaja govindam muda mathe

«Oh, homme doué de raison, écoute-moi! Chante tout simplement le nom de Govinda!».

Maintenant, étant jeunes, nous pouvons facilement accomplir le bhajan et la sadhana, mais dans la vieillesse il y aura beaucoup d’obstacles. Sans doute êtes-vous venu dans ce monde tout seul et vous allez en repartir également tout seul. Qui vous accompagnera au moment de la mort? Vos amis? Votre copin ou votre copine? Votre fortune? Personne ne vous accompagnera! Au moment du départ vous vous rendez compte: «Oh! Qu’est-ce que j’ai fait! Ma vie s’est coulé à vide».

Si vous avez beaucoup d’argent, les gens vous demandent: «Comment vas-tu?», mais si vous n’avez pas d’argent, ils demandent: «Qui es-tu?». Essayez de comprendre que telle est la nature du monde matériel. Sans chanter les Noms Saints du Seigneur, on ne traversera jamais l’océan de l’existence matérielle. Le corps peut disparaître, mais l’âme qui est à l’intérieur ne périra jamais. L’âme demeure dans le corps et quand le corps meurt, l’âme transmigre dans un autre corps. On vient au monde selon notre karma, sous des formes différentes, restant ainsi dans l’océan des naissances et morts successives.

punarapi jananam punarapi maranam
punarapi janani jathare shayanam

«De nouveau une naissance, de nouveau une mort – et je dois revenir au sein de la mère! Il est très difficile de voyager dans l’océan infini de samsara. Оh, Murari! Sauve-moi, verse sur moi ta bienveillance!»

kate kanta kaste putrah
samsaro'yamativa vichitrah
kasya tvam kah kuta ayatah
tattvam chintaya tadiha bhratah

‹‹Оh, homme fou! D’où vient cette immersion dans les idées de richesse? Personne ne peut-il te guider?  Dans tous les trois mondes, il n’y a qu’une seule chose qui peut te sauver de l’océan du samsara. Prends sans tarder le bâteau de la sadhu-sanga».

Sankaracharya a dit: «Оh, mon frère, essaye de comprendre cette philosophie: quelles sont tes relations avec tes enfants, ta femme et d’autres? Tu es complètement seul et seul le Seigneur est toujours avec toi.  Il est ton meilleur ami. Quand tu es né, Il est venu avec toi, et au moment de la mort il sera le seul qui sera présent avec toi».

Deux personnes habitent ce corps: nous, c’est-à-dire l’atma (notre âme), et le paramatma (l'âme supreme). L’âme suprême est toujours avec nous. Pour  comprendre cela avec plus profondeur, il nous faut accepter le refuge auprès du guru, le maître spirituel. Nous sommes déjà nés à maintes reprises,  sous des formes différentes, et à chaque fois nous faisions les mêmes choses: nous mangions, nous dormions, nous nous défendions et nous nous reproduisions. Mais pour des raisons précises, on l’oublie à chaque fois et on pense: «Оh, c’est ma première vie!».

Nous ne devons pas penser que c’est notre première naissance. Les Ecritures disent que nous avons déjà pris naissance dans plusieurs corps différents, mais jusqu’à maintenant nous n’avons pas eu de communication avec la sublime Personne Sainte. Mais Dieu est très bienveillant, il nous a donné la possibilité de débuter notre vie spirituelle et d’obtenir la communication avec les sadhus, les purs dévots.

Dans plusieurs écritures saintes, telles le Mahabharata, la Srimad Bhagavad-Gita, le Srimad Bhagavatam, le Ramayana, la Sainte Bible, le Saint Coran, on parle de l’importance de la célébration des Saints Noms de Dieu. En particulier en cette époque du Kali-yuga, c’est un moyen très facile d’accéder aux pieds de lotus de Dieu:

harer nāma harer nāma

harer nāmaiva kevalam

kalau nāsty eva nāsty eva

nāsty eva gatir anyathā

«Au Kali-yuga, l’âge des discordes et de l'hypocrisie, il n’y a aucune autre voie de libération pour le jiva, que le chant des Saints Noms. Il n’y a aucune autre voie, il n’y a aucune autre voie». (Brihan-Naradiya-Purana, 38.126)

hare krsña hare krsña krsña krsña hare hare

hare räma hare räma räma räma hare hare

L’ashrama dans lequel nous nous trouvons n’a aucune importance: grhastha, brahmacäri, vänaprastha ou sannyäsi. Il n’est pas nécessaire de changer d’ashram, d’abandonner son travail ou bien de refaire complètement sa vie. On peut rester avec sa famille et ses amis, cela ne nuit pas. Mais, quoi qu’il nous arrive, on ne doit jamais oublier Dieu.

En cet âge de Kali, les Noms Saints sont très puissants. En chantant tout simplement les Saints Noms, on se libère facilement des chaînes de l’existence matérielle. En ce siècle, le Seigneur offre des concessions toutes particulières. On doit tout simplement suivre les quatre prinicipes régulateurs et chanter les Saints Noms du Seigneur. Si l’on manque cette opportunité, il sera très difficile de l’obtenir à nouveau. Les quatre principes régulateurs sont les suivants:

  1. Ne pas se nourrir de la viande, du poisson, des œufs, de l’oignon et de l’ail;
  2. Ne pas consommer d’alcool et d’autres substances intoxicantes (thé, café, cigarettes, stupéfiants etc.);
  3. Ne pas avoir de relations sexuelles hors mariage, et dans la famille, dans le but de concevoir des enfants;
  4. Ne pas jouer aux jeux de hasard et ne pas faire de la spéculation financière.

Sri Caytanya Mahaprabhu donnait les Saint Noms à tous même s’ils n’étaient pas qualifiés pour les obtenir.

kali-kāle nāma-rüpe krsña-avatāra

nāma haite haya sarva-jagat-nistāra

nāma vinu kali-kāle nāhi āra dharma

sarva-mantra-sāra nāma, ei śāstra-marma

«En cet âge de Kali, le Seigneur Krishna est descendu en tant qu’une incarnation de Ses Saint Noms. Par la célébration de Sri Nama, le monde entier peut se libérer de l’esclavage matériel. Dans cette époque de Kali, il n’a pas de religion à part la célébration des Saints Noms, de l’essence de tous les mantras et du sens de toutes les écritures». (Sri Caytanya Caritamrita, Adi, 17.22 et 7.74) Il n’y a pas de différence entre Krishna et ses Saints Noms:

madhura-madhuram etan mangalām mangalānām

sakala-nigama-valli sat-phalam cit-svarūpam

sakrd api parigītam śraddhayā helayā vā

bhrgu-vara! nara-mātram tārayet krsna-nāma

«Les Saints Noms de Sri Krishna sont le plus propice de tout ce qu’il y a de propice, et le plus doux de tout ce qui est plein de douceur. C’est le fruit mûr de toutes les branches de la sruti, l’essence du savoir divin, cit-sakti. Oh, le meilleur de la dynastie des Bhrigus, celui qui répéte une seule fois le nom de Sri Krishna sans offenses – peu importe, avec de la foi ou bien avec dédain (helas), - va se libérer imméditement de l’océan des morts et des renaissances» (Hari-bhakti-vilasa, 11.234).

Suivez tout simplement les quatre principes et célébrez les Saints Noms. Cela suffit. Beaucoup de gens deviennent des karmis, des gyanis et des yogis, et ils doivent alors procéder à des ascèses rigoureuses et suivre des règles rigoureuses. Et vous devez tout simplement répéter le harinama. Vous pouvez le faire même en étant dans votre lit. Le bhakti-yoga est un processus très facile, parce que le Seigneur Krishna sait que les âmes conditionnées ne peuvent pas pratiquer des processus qui demandent trop d’efforts. Alors il nous a donné cette voie – la célébration de Ses doux Saints Noms.

Même avec ces concessions, les âmes conditionnées ne veulent pas célébrer. Mais ne manquez pas cette occasion! Il n’y a aucune garantie que vous obtiendrez de nouveau un corps humain. La forme de vie humaine est très rare:

labdhvā su-durlabham idam bahu-sambhavānte

mānusyam artha-dam anityam apīha dhīrah

tūrnam yateta na pated anu-mrtyu yāvan

nihśreyasāya visayaù khalu sarvataù syāt

«La vie humaine est un don rare, obtenu après plusieurs vies. Très courte, elle a une grande valeur, car elle peut devenir le début de la perfection spirituelle. Les plaisirs sensuels sont accessibles aux types de vie inférieurs, tandis que la perfection spirituelle – uniquement aux âmes incarnées dans la forme humaine. C’est pourquoi un homme doué de raison, avant que la mort vienne le chercher, sans perdre une minute, va avec un effort constant, vers le succès le plus élevé, qui consiste en le développement de la Krishna-Bhakti (la dévotion). Cette perfection suprême ne peut pas être atteinte sans communication avec Sadhu, qui est accessible uniquement aux êtres humains.» (Srimad Bhagavatam, 11.9.29)

jalajā nava-laksāni

sthāvarā laksa-vimsati

krmayo rudra-sankhyakāh

paksinām daśa-laksanam

trimśal-laksāni paśavah

catur-laksāni mānusāh

(Padma Purana)

Jalajā nava-laksān, 900 000 de formes de vie habitent dans l’eau. Sthāvarā laksa-vimsati, 2 000 000 de formes différentes de vie sont au sein du  règne végétal, ce sont toutes sortes de plantes et d’arbres. Krmayo rudra-sankhyayāh, 1 100 000 d’espèces d’insectes. Rudra-sankhyayāh paksinām daśa-laksanam, 1 000 000 d’oiseaux différents. Paśavah trimśal-laksāñi, 3 000 000 d’espèces d’animaux quadrupèdes. Catur-laksāni mānusah, 400 000 de formes de vies humaines, dont la plupart ne sont pas civilisées, car ils mangent de la viande et, donc, ont un mode de vie démoniaque.

Nous sommes pourvu d'un corps humain, c’est pourquoi nous pouvons communiquer avec les Personnes Saintes. Nous voyons la différence entre la piété et le péché, parce que Le Dieu nous a doués de l’esprit. On ne peut pas perdre cette chance de se développer spirituellement, car seule la forme humaine nous permet de réaliser Dieu. Si on se trouve dans le corps d’un animal, on ne peut pas accomplir le bhajan et la sadhana. Ce monde est très beau mais il est incomparable avec le monde transcendantal. Si on se rend à Goloka Vrindavan, on verra à quel point ce lieu est magnifique. Là-bas personne ne vieillit, ne blanchit, tous sont toujours jeunes et saints et servent constamment au Couple Divin Sri Sri Radha et Krishna.

Sri Locan das Thakur chante un chant: “ ke jābi ke jābi (re) bhāi ”: “Qui ira? Qui ira, оh,mes frères”?  (Sri Gaudia Giti-Guccha)

ke jābi ke jābi bhāi bhava-sindhu-pāra

dhanya kali-yugera caitanya-avatāra (1)

«Qui ira? Qui ira, оh, mes frères? Qui désire traverser l’océan des souffrances matérielles? Sri Caytanya-avatara est un cadeau du destin en cet âge du Kali-Yuga. (Le Seigneur Caytanya ne vient pas à chaque Kali-Yuga, donc celui-ci est particulier)»

amara gaurangera ghate adana-kheya vaya

jada, andha, atura avdhi para haya (2)

«Au bord de l'eau, où mon Gauranga s'est baigné, un bâteau gratuit nous attend. On y accepte tous sans exception: des boiteux, aveugles, malheureux, – tous grimpent à bord pour traverser l’océan».

Hari-namere nauka khani sri guru kandari

sankirtana kheoyala du'bahu pasari (3)

«Le  bâteau est le saint nom (hari-nama), le timonier est Sri Guru, et les rameurs – le groupe de sankitarna, chantant les mains levées vers le ciel».

Saba jiva hoila para premera batase

padiya rohila locana apanara dosa (4)

«Avec le vent propice de prema, tous les âmes peuvent traverser l’océan de l’existance matérielle. Et seul Locan das malchanceux continue à rester sur la terre».

Que les Noms Saints sont puissants! Ils nous font danser et nous en oublions tout. En réalité, ils nous font oublier des choses matérielles, temporaires, même si nous ne le désirons pas. Si une personne chante les Saints Noms enivrée par leur douceur, il ne s’identifie plus au corps. Peu importe si vous êtes dévoué ou non, en chantant les Saints Noms, vous allez ressentir leur puissance! Le Seigneur Nityananda dit humblement:

«Оh, mes frères et soeurs, les mains levées au ciel, je vous promets: si vous chantez les Saints Noms, vous serez libérés de l’océan de l'existence matérielle».

Le Seigneur Sri Caytanya Mahaprabhu est l’incarnation même de l’amour divin. Il allait d’une maison à l’autre en appelant: «Оh, mes frères, chantez le harinama!». Caytanya Mahaprabhu disait: «Nityananda, Advaita Acharya, Haridas écoutez ma demande. Allez de porte en porte et demandez  des dons. Quels dons? Chacun doit répétez le harinama!»

bolo krsña, bhaja krsña, kara krsña-siksa

«Bhaja Krsña’» - admirer Krishna, «Bolo Krsña» - répéter ses Noms doux et «kara Krsña-siksa» - suivre les règles et les principes régulateurs de la Conscience de Krishna; cela s’appelle Krsña-samsara ou la vie pour Krishna. C’est l’essence de toutes les religions. Chantez les Noms Saints et entrer dans le Krsña-samsara! C’est la voie qui mène à la perfection spirituelle.

Extrait d’un livre «Vyasa Puja»

 

 

© 2016 Grâce à la bénédiction de Srila Gurudeva